Mix
>
Articles 
Micha Vanhoudt

Micha Vanhoudt

Jeune et Belge

28 octobre 2008, 

Micha Vanhoudt est lui aussi connu pour sa présence récurrente dans les résultats de compétition. A maintes reprises il y a quelques années, aujourd'hui de façon plus sélective. Entre-temps il a réussi à se forger un joli palmarès en rocher. Sa meilleure prestation officielle à vue est La cage aux phobes 8a, Rocher du Corbeau, Vosges du Nord. En plus il a même réussi quelques belles perfs après travail en falaise dont S’entreforc 8b+ à Majorque.
A côté de cela on peut mettre à son actif quelques rumeurs troublantes faisant état du fait qu'il aurait gagné presque tous les crashpads distribués sur les compétitions amicales en Belgique et à l'étranger. Assez de raison pour lui demander de jouer le jeu de l'interview.

Quand, comment et pourquoi as-tu débuté l'escalade?
J'ai commencé à grimper aux alentours de juin 2000 à la salle Olympia d'Hasselt. Pour tout dire, je voulais faire du hockey sur glace mais les coûts étaient exhorbitants et les entraînements ainsi que les matchs étaient meurtriers. Le facteur déterminant a été ma mère, "Trois allers-retours à la patinoire d'Hasselt par semaine?” Platement dit, durant ma première année d'escalade, elle m'a seulement conduit une ou deux fois à Hasselt. Pourquoi ai-je commencé l'escalade? Eh bien, une histoire classique, j'en ai fait une fois et j'ai trouvé ça vraiment chouette. J'ai donc continué. Les premiers mois avec des chaussures de sport jusqu'au 6a. Ensuite avec ma première paire de chaussons. C'est en 2003 que j'ai commencé à grimper en falaise.

Tu cumules aujourd'hui les études avec l'escalade de haut niveau. Comment y parviens-tu?
J'étudie actuellement le journalisme à Bruxelles, ce que j'apprécie énormément. L'escalade passe donc à l'arrière-plan. L'année dernière j'ai aussi étudié cette matière mais à cause de problèmes personnels, elle s'est purement et simplement terminée en eau de boudin. Bien que j'ai pu sauver pas mal de choses de l'incendie... C'est pendant les 3 années qui ont précédé que j'ai réellement pu profiter. J'étais aux études à Diepenbeek, en groen- en landschapsmanagement (ndlr: équivalent des études d'aménagement et de gestion écologique), un méli-mélo allant de la biologie de la faune et la flore jusqu'à la science de l'environnement et au projet de jardin. Grâce à mes réussites successives en première session, j'ai pu grimper chaque année de fin juin à fin septembre. Aujourd'hui, je suis diplômé en Management vert et d'aménagement, orientation disposition et entretien de jardin. Ouf... Trois ans de passé! Le journalisme, ça me convient mieux, mais la conséquence est que j'ai moins l'occasion de grimper. J'essaie donc d'avoir un pic une fois par an. Quand tu as peu de temps, tu te déplaces plus facilement à l'étranger, là où la chance de bénéficier de bonnes conditions est meilleure.

Quelle est l'importance que tu accordes aux compétitions d'escalade?
Il y a quelques années beaucoup. Aujourd'hui peu voire aucune. Avec le temps tout devient relatif. Les quelques compétitions officielles auxquelles j'ai pu participer étaient tout au plus de l'amateurisme amélioré.
Je me pose également des questions au sujet du nouveau concept de la BCC et du Championnat de bloc. Je comprends tout à fait qu'on souhaite voire même qu'on doive innover, mais je trouve que cette année on fait marche arrière. Aux Pays-Bas, la fédé organise une série de compétitions de sélection pour le Championnat national. Avec succès. Que l'on veuille adapter ce concept en Belgique est louable, mais pourquoi coupler une compétition existante, la BCC, au Championnat? Pourquoi ne pas tout simplement créer quelque chose de nouveau. Des réelles manches de sélection? En l'état, cela ressemble un peu à une vente conjointe.

Et aussi tout ce foin autour de l'affiliation au KBF (ndlr: depuis cette année, la participation aux compétitions officielles est conditionnée par l'affiliation à une fédération). Qu'un organisateur de compétition ne doive plus souscrire à une assurance supplémentaire est un point positif. C'est cependant le seul à mes yeux. Pourquoi devrais-je payer une cotisation à une organisation dans laquelle je ne me retrouve pas? Lorsque j'étais membre du VBSF (ndlr: Vlaamse Bergsport- en Speleofederatie) j'avais l'impression de ne pas voir la couleur de mon argent. Même son de cloche du côté de connaissances affiliées au Belgische Alpenclub. En tant que client, j'attends quelque chose en retour. Tu reçois (quand elle arrive) une revue quelques fois par an, un substitut de magazine, et si tu es membre du VBSF tu as également droit au Oostenrijkse Alpen Verein. Très sympa... si tu es alpiniste, car ces magazines font l'apologie de l'alpinisme, de l'escalade sur glace et de la rando en montagne,... Ce que je trouve génial pour les grimpeurs et personnes s'adonnant à ces activités. Pourtant, je suis, comme beaucoup, grimpeur d'escalade sportive. Je veux pouvoir lire quelque chose sur l'escalade sportive et le bloc. Et je le trouve rarement dans ces magazines. J'en déduis après quelques années d'affiliation que l'escalade sportive et le bloc ne sont pas le core business de ces organisations (malgré la présence de nombreux collaborateurs passionnés et talentueux à l'intérieur et autour de ces organisations).
C'est dommage qu'il n'y ait pas le choix. Que tu aies besoin d'une assurance est logique. Mais pourquoi y souscrire auprès d'une fédé qui ne met visiblement pas l'escalade sportive au même niveau que l'alpinisme? Pour ne pas parler du bloc. Je trouve qu'on devrait être un peu plus critique vis-à-vis des fédérations dans le monde de l'escalade.

Ce qui est très positif est que le Championnat se déroule cette année à City Lizard. J'espère que des gens avec une très bonne vision comme Jan Gorrebeek et son équipe seront plus impliqués dans le futur. Les compétitions auxquelles j'essaie de participer avec plaisir sont les opens. Pour ne pas les citer, l'Hungaria Open et le City Lizard Open. Idem pour la salle Olympia d'Hasselt qui organise cette année la deuxième édition du Peter Beliën Memorial. Que du bon au sujet de ces compets!

Peut-on également parler chez toi d'une véritable dépendance à la falaise?
Mouais, dépendance à la falaise, comment la définirais-tu? Si je devais choisir entre la salle et la falaise, oui le choix serait évident, ce serait la falaise.

Tu as sorti Yahoo (7c+ - Bomal) et Fatfinger (8a - Trou Magritte -vidéo) en solo intégral? D'où vient ce choix?
Solo intégral, solo intégral… S'il vous plaît ne prononçons pas ce mot par respect pour les personnes qui font vraiment du solo intégral. Les voies que j'ai grimpées sont des blocs (sur)équipés. Trois pommes de haut avec un crashpad en dessous. Tout simplement un peu engagé. Rien de plus, rien de moins.

Quelle importance accordes-tu à l'environnement?
Respecter simplement l'environnement. Point. Emporte tes déchêts. Ne hurle pas. Adopte un comportement respectueux. Peut-être que mes études antérieures m'ont permis de voir de temps en temps un peu plus loin, mais un respect élémentaire du milieu où chacun pratique le sport à sa façon me semble la base.

As-tu d'autres passions?
Oui, je lis pas mal. Kundera, Marquez, Brouwers, Saramago, Coetzee, Vonnegut, Steinbeck, …

Et quels sont les plans d'avenir? Des voyages au progamme?
Ma prochaine destination sera Hampi en Inde. Ce sera la première fois que je vais en bloctrip. Jusqu'à présent les vacances escalade avaient pour synonyme longueur. J'ai bien réalisé quelques weekends à Fontainebleau, ou un jour de bloc en Espagne mais jamais deux semaines consécutives. Il va de soi que j'appréhende le voyage. Il y aura sûrement aussi un peu de tourisme. On est finalement en Inde et je n'y mets pas les pieds tous les jours. Et naturellement on fêtera le Nouveau An à Goa.
Le futur dira si je me spécialise dans cette branche du sport. Ces dernières années, j'ai un peu mangé à tous les rateliers, sans véritablement m'entraîner ou exceller. La médiocrité alimentaire avec des trous dans le baudrier ou sur le crashpad!
Le plus important reste de finir mes études de journalisme.

Bonne chance et profite à fond!

Micha est sponsorisé par Evolv et la salle Olympia.

Tijl


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Les archives des articles 

Photos 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,