Mix
>
Articles 
Juge de compétition par Lieven Vlassenroot

Juge de compétition par Lieven Vlassenroot

16 juin 2009, 

Les assidus des compétitions belges d'escalade se souviendront longtemps de Lieven Vlassenroot. Arbitre intransigeant, pugnace et parfois même sévère, Lieven était connu des grimpeurs et parents pour ses décisions tranchées et son inflexibilité.
Etait connu puisqu'il a jugé sa dernière compétition lors du Championnat de Belgique Junior qui s'est tenu le 28 mars dernier à la salle Entre Ciel et Terre de Louvain-la-Neuve.
Ceux qui croient que les compétitions d'escalade, ça doit se pratiquer tranquille et sans aucune règle se sentiront certainement soulagés par ce départ. C'est vrai qu'avec Lieven aux commandes, ça ne rigolait pas tous les jours.
Néanmoins il faut des juges pour arbitrer les matchs et Lieven, comme tous les arbitres de la Belgian Commission for Competition Climbing, a su faire appliquer les règles.

Belclimb: Lieven, quatre ans et demi de temps libre consacrés à juger des compétitions d'escalade, c'est de la folie ou de la passion?

Lieven: A vrai dire, un peu des deux, avec un penchant pour la passion. A certains moments la passion ne suffit plus et tu as besoin besoin d'un peu de folie pour mener ce que tu fais à bien. Je pense principalement aux milliers de kilomètres que j'ai dû rouler en un mois pour me rendre sur les Coupes du Monde d'Italie, de Suisse et de France…

Le travail des arbitres se fait dans l'ombre et on retient souvent leurs mauvais côtés. Pas facile de jouer le père fouettard à longueur de journée?

Tout à fait correct et je n'ai jamais vraiment apprécié ce côté-là des choses. Les moments les plus durs sont ceux pendant lesquels tu prends une décision correcte mais l'esprit de la grimpe te dicte le contraire, à savoir laisser faire. Je pense principalement aux touchettes des mauvaises prises de départ en bloc ou la nécessité d'arrêter un grimpeur qui ne se trouvait pas sur la bonne prise de pied puisque celle-là était devenue trop sale et donc indéchiffrable. Mais bon, tu deviens principalement juge pour faire respecter les règles et pas pour faire plaisir à tout le monde. That’s the game and that’s the way it’s played.

Tu as commencé en Belgique et tu es un des quelques Belges à être devenu juge international. S'il fallait isoler une compétition parmi l'ensemble, ce serait laquelle?

Si je devais choisir, ce serait la Coupe du Monde de Chamonix en 2005. Avant la Coupe du Monde j'avais pu juger l'Open Jeunes de Chamonix pendant lequel Chloé Graftiaux avait gagné. S'en sont suivies deux journées incroyables sous une météo fantastique. Je réalisais mon stage international pour l'escalade de vitesse. Donner le départ devant des milliers de spectateurs descendus des montagnes m'a donné un kick. En difficulté, Alexandre Chabot a réussi à sortir la voie de finale devant une foule déchaînée, mais leurs cris avaient masqué l'annonce du jury comme quoi son temps d'escalade était terminé. Donc, pas encore de victoire mais bien une superfinale contre Paxti Usobiaga. Pendant qu'explosait le feu d'artifice du 14 juillet, Alexandre Chabot a éclaté en sanglots dans la salle d'isolation. Affligé par la perspective d'avoir été si près de la victoire dans « sa » Chamonix. Une demi-heure plus tard, dans un brouillard de fumée de pêtards, le Français a remporté la victoire grâce à une zipette de Paxti et en sortant même la superfinale. J'ai eu la chair de poule.

Quelle a été ton pire cauchemar?

Cela peut sembler contradictoire mais la plus grande et la plus importante compétition pendant laquelle j'ai eu l'occasion d'arbitrer a aussi été à un moment précis mon plus grand cauchemar. Cela s'est passé le deuxième des 4 jours de compétition des Championnats d'Europe d'escalade à Paris Bercy. Ce soir-là avaient lieu les qualifications de la vitesse. Lors de la démonstration et de la lecture obligatoire du World record Wall (Mur de record du monde), le Russe Sergey Sinitsyn s'est avancé vers moi pour m'indiquer qu'il y avait une bonne et une mauvaise prise de départ dans chacune des 2 voies. Après coup, nous nous sommes rendus compte que les prises officielles n'étaient pas exactement identiques. De là à imaginer qu'une des deux voies soit plus rapide que l'autre n'était pas à l'ordre du jour puisque chacune d'entre elles possédait des prises « bonnes » mais aussi « moins bonnes ». Pas besoin de recommencer les qualifications et donc cauchemar évité de justesse.

Les règlements internationaux ont fort évolué ces dernières années, visiblement encouragés par la volonté olympique de l'IFSC. Certaines de ces règles sont parfois appliquées au détriment du spectacle. Avec le recul, penses-tu que cela soit positif pour l'escalade de compétition?

J'aurais préféré ne pas voir certains changements, alors que je penche vraiment pour d'autres. Je trouve par exemple que le nouveau format des finales de compétition de bloc est très réussi. C'est maintenant beaucoup plus clair pour le public. Il en est de même pour les arbitres qui maîtrisent de cette façon la compétition avec beaucoup plus de facilités. D'un autre côté, le format des superfinales de difficulté est à mon sens un retour en arrière. Faire du temps le facteur déterminant en cas d'ex-aequo est selon moi peu honnête parce que cela désavantage certains grimpeurs de façon considérable. De fait c'est désagréable d'avoir à partager le titre de Champion du Monde pour cause d'ex-aequo…
A côté de cela, j'ai appris à apprécier l'escalade de vitesse au fil du temps. Selon certains, une discipline marginale mais sans aucun doute celle qui aura le plus de chance de devenir olympique. Un mur de record du monde rend cela possible, même si cela peut devenir monotone après quelques années.

La BCCC gère de main de maître le côté sportif des compétitions depuis maintenant une dizaine d'années. Pourtant on a l'impression que le concept de compétition stagne en Belgique. Chez les seniors par exemple, seules les compétitions de bloc parviennent à attirer les foules. Que manque-t-il aux compétitions officielles?

Les compétitions officielles ne sont pas à proprement parler mauvaises. La seule chose qui manque véritablement à chaque fois, c'est la volonté et le professionnalisme d'en faire quelque chose de plus qu'une simple compétition. Le principe selon lequel organiser une compétition n'est finalement que du pur management est passé à côté de certains dans le milieu de l'escalade. Je pense que le Championnat de Belgique Junior qui s'est déroulé cette année à la salle Entre Ciel et Terre de Louvain-la-Neuve est un très bon exemple de ce qui devrait être. Rien que la remise des prix avec la crème du monde de l'escalade belge vaut la peine d'être vécue. Tout simplement splendide! Avec ma dernière réunion BCCC en perspective j'espère surtout que les grandes compétitions évolueront un peu afin que cela devienne également plus attractif pour les spectateurs. De même croisons les doigts pour que les autres compétitions reçoivent un sérieux encadrement de la BCCC et surtout des fédérations.

Comment vont se passer les compétitions sans Lieven Vlassenroot ?

Autrement, c'est sûr, mais vraisemblablement pas moins strictes ni justes.

S'il fallait émettre un souhait, quel serait-il ?

Peut-être reprendre le flambeau de l'arbitrage dans quelques années mais à la condition que les fédérations aient tiré les leçons du passé.

Bonne chance Lieven!

Hube

La page profil de Lieven Vlassenroot


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire


16-06-09
merci pour c'est années sur le cicuit des compets.au plaisir de te revoir comme spectateurs sur les compets.bonne chance dans tes nouveaux projets.Charlélie

18-06-09
L'arbitrage est un travail ingrat... On a vite fait de crier à l'erreur d'arbitrage et de s'en prendre aux officiels de la compétition ! Trop souvent ne se rappelle-t-on que les points de désaccord, et bien trop rarement la difficulté et la responsabilité du travail des arbitres...

Merci pour ces années d'arbitrages, Lieven ! Et bonne continuation...


Les archives des articles 

Photos 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,