>
Articles 

Une blessure?

21 décembre 2004, 

On entend souvent les grimpeurs poser des questions sur telle ou telle blessure, ce qu?elle implique au juste, comment la traiter et j?en passe. Constat encore plus amer, les grimpeurs ? têtus que nous sommes ? n?admettent pas assez rapidement qu?ils ont une blessure. A fortiori qu?ils ont besoin d?une bonne période de repos pour offrir à leur corps un minimum de récupération. Un repos complet de la partie blessée du corps mène dans la plupart des cas à une récupération totale.

Nous verrons plus bas qu?il existe des méthodes faisant l?objet d?un consensus certain et qui mènent à la guérison d?une blessure d?escalade.
Un mise en garde cependant. Il existe de nombreuses incompréhsensions relatives à la survenance des blessures dues à l?escalade. Un florilège de pratiques l?illustre bien:
je vais grimper dessus, demain je ne sentirai plus rien; cela fait moins mal, ça va donc déjà beaucoup mieux; je ne sens pratiquement rien quand je grimpe, ça devrait donc s?améliorer ; si je frotte un bon coup dessus, la douleur est déjà moins intense ; je prendrai une période de repos à la fin de la saison,?

Une fois mises en lumière ces inepties, sachez que la façon dont vous abordez votre blessure et sa réhabilitation influera sans conteste sur le déroulement de la période de guérison.

Il est important de savoir et de comprendre ce qui ne va pas au juste et ce que vous devez faire pour guérir une lésion existante. Toutes les blessures ne sont pas des blessures qui sommeillent et que vous avez essayé de nier pendant longtemps. La bonne attitude peut vous remettre d?aplomb très rapidement. C?est pourquoi considérez que la réhabilitation commence dès le début, ou en d?autres mots à partir du moment où vous détectez les premiers signes de douleur.

Action immédiate

La façon dont vous accepterez/refuserez de reconnaître les premiers symptômes de blessure va sans aucun doute influencer la vitesse et l?intensité de la réhabilitation. La période la plus importante pour le traitement d?une lésion des parties molles, ce que sont les tendons et les muscles, est comprise dans les 24 à 48 heures qui suivent la survenance de la lésion.

Les signes avant-coureurs de la lésion sont les inflammation, gonflement ou autre saignement. Une gestion correcte pendant la phase primaire permet de limiter les conséquences négatives et ainsi créer les conditions idéales à la réhabilitation.

Il est donc important :

De terminer la séance d?escalade anticipativement afin de pas empirer l?état de votre lésion. La voie que vous alliez justement enchaîner - maintenant que vous êtes dans un jour de grande forme - ne vaut pas les jours ou semaines supplémentaires passées à la convalescence. Au plus profonde est la blessure, au plus longue sera la guérison.

De refroidir la lésion, le premier geste qui sauve? Mettre sa blessure sous l?eau courante, sur une canette de coca bien froide, sur un paquet de glace,? est primordial. Faites cependant attention à ne pas mettre votre peau en contact direct avec la source froide afin de limiter les blessures liées au froid. Si néanmoins vous le faites, essayez de ne jamais appliquer la source froide au même endroit mais par exemple par le biais de mouvements circulaires. En fait, autant commencer de suite la procédure RICE. Cet acronyme se traduit par Rest-Ice-Compression-Elevation et se trouve être la combinaison idéale. Idéal ce l?est notamment si vous compressez votre blessure avec de la glace par le biais de petites pressions sur la partie du corps lésée pendant qu?elle se trouve dans une position confortable surélévée.

Sur base des avis professionnels, il sera conseillé d?appliquer cette pocédure pendant 20 à 30 minutes, toutes les 2 heures, pendant les 2 premiers jours. La dose exacte varie de blessure à blessure. En cas de lésion vive, ce traitement est plus important que celui des phases postérieures.
Ne tardez pas de trop. Au plus vite au mieux.
L?étape suivante consiste à rechercher un conseil professionnel. Une thérapie adéquate est et reste fondée sur un diagnostic exact et détaillé. Le type, la localisation et la gravité de la lésion détermine la façon dont elle va être traitée. Moins évident mais tout aussi important que la recherche d?un avis professionnel: l?écoute!

Et ensuite?

Une fois la nature exacte et les causes de la blessure identifiées, il est temps de travailler à la réhabilitation sous surveillance appropriée. En ce qui concerne la blessure elle-même, on tente alors de travailler à la diminution de l?inflammation, une guérison du tissu (alignement des tendons), une reconstruction de l?élasticité, de la flexibilité, de la force, et de la puissance fonctionnel de la région lésée. Il s?agira d?aider la zone lésée à évoluer jusqu?à un niveau fonctionnel normal voire jusqu?à un niveau ultérieur d?entraînement ou même de compétition.

L?importance de connaître les facteurs générateurs permet de prévenir une rechute éventuelle. On accentuera le travail sur l?atténuation des raideurs articulaires, des déficits d?agilité et des déséquilibres musculaires. La détection d?erreurs dans les méthodes d?entraînement vont de pair avec cette étape.

Il va de soi qu?un sommeil réparateur et une alimentation saine sont les compléments indispensables à la guérison. Ceci vous permettra notamment de pallier à certains points faibles sans pour autant charger votre blessure. L?exemple par excellence consiste à aller courir de temps en temps pour entretenir votre condition physique. Attention toutefois à ne pas là non plus exagérer: en concentrant à 100% votre énergie sur un autre sport, vous risquerez peut-être d?aggraver votre blessure, voire de ralentir ou rendre plus difficile le processus de réhabilitation?

Vous devez aussi tenir compte du fait qu?il ne s?agira pas d?une thérapie miracle. Les blessures existent et existeront toujours. Seul Jésus-Christ est parvenu à faire voir un aveugle et à réveiller un mort en un simple claquement de doigts... Chaque lésion a besoin d?un certain temps pour se résorber. Un traitement bien choisi aide votre corps d?une certaine manière mais c?est bel et bien votre corps qui travaille à sa propre guérison.

Une fois dans la bonne direction? ce n?est pas encore terminé !
A certains moments du processus de réhabilitation, les exercices que vous devrez réaliser varieront pour une guérison optimale. A ce niveau c?est de nouveau l?avis professionnel qu?il faut faire primer. La réhabilitation se travaille à plusieurs niveaux et on a souvent tendance à en oublier certains. Un encadrement professionnel atténue les problèmes pour l?avenir. Flexibilité, élasticité, stabilité et force sont des propriétés sur lesquelles une blessure a de lourdes conséquences. Il est important de ne pas les oublier et de les entretenir via un programme de réhabilitation basé sur un diagnostic précis et une enquête de résultats.

Encore quelques conseils

La chaleur facilite l?élasticité, la relaxation et la circulation du sang. Elle a des effets directement positifs sur le processus de guérison. Tant que la lésion est vive, il est hautement recommandé d?utiliser de la glace. Il existe des paquets réchauffants mais un bain/douche chaud est aussi efficace.
Le massage a un effet comparable mais peut aider à l?alignement des tendons s?il est bien réalisé. Il resulte du massage un meilleur traitement des tissus défectueux et une diminution de douleur potentielle. Il est important que le massage soit appliqué de façon méthodique et par conséquent, par l?intermédiaire de professionnels. Sûrement quand on sait qu?un massage sur une lésion vive peut occasionner énormément d?effets pervers.
Positiver! Demandez ce en quoi la blessure consiste, ce qui va se passer, ce que vous devez faire,? Concentrez votre attention à la réhabilitation si vous désirez recommencer à grimper mais n?oubliez pas d?occuper vos journées aux autres bonheurs de la vie ? si tant soit peu qu?il en existe?
Faites attention au recommencement trop rapide. Une blessure n?a pas forcément disparu si cela ne fait pas mal! Plutôt long et de moindre intensité que beaucoup et trop vite.
Ecoutez votre corps!

Traduction: Hubert


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Les archives des articles 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,