Guide matériel
>
Articles 
Salewa Iron Jacket

Salewa Iron Jacket

10 août 2009, 

Les opportunités de grimper se font rares avec le temps. Alors, lorsque l’occasion se présente, on essaie de s’équiper au mieux pour faire face à toutes les situations. Intempéries, caniard, froid sibérien. Quand on voyage en Europe, on sait qu’on peut rapidement passer du blanc au noir. Comprenez: du froid des forêts suisses au chaud des plaines espagnoles en passant par le tout aussi chaud de la Provence française.

Première pour moi depuis la fondation de Belclimb. L’occasion m’a été offerte de tester une veste de la marque italienne Salewa. Pour ainsi dire complètement inconnue à mes yeux, j’ai eu la bonne idée – une véritable chance – de l’emporter lors de toutes mes sorties ces quatre derniers mois. Cela m’a notamment ouvert les yeux sur une marque de vêtements d’une technicité particulièrement relevée que je ne connaissais pas jusqu’alors. Dans un domaine aussi compétitif que les textiles de montagne/escalade, on se demande ce qui fait la différence. J’opterais principalement pour certains arguments: prix, conseils, expérience déjà acquise ou apparence extérieure.

Quand on est confronté à une inconnue totale – comme ce fut mon cas avec la Iron Jacket de Salewa – on s’attache plutôt aux détails. Avec ce modèle de la catégorie softshell, les détails ont plutôt sauté aux yeux.

Apparence

Au niveau look, on est dans la sobriété. La coupe est propre et sans fioritures. J’avoue que je n’ai pas choisi la couleur, mais avec le temps, ce "cinder" m’a particulièrement plu parce qu’il s’adapte parfaitement à une utilisation en ville. Pas trop flashy, pas trop aventure. Deux poches latérales et une poche au niveau de la poitrine offrent pas mal d’espace de rangement. Grand point positif par rapport à d’autres modèles de la même catégorie: la présence d’une grande poche intérieure.

Finitions

On trouve sur la Iron Jacket les indispensables de tout bon softshell. Notamment: fermetures éclair avec rebord protecteur, velcros aux poignets. Ici, on retiendra en plus deux finitions fort utiles: fermeture éclair de 30 cm au niveau des aisselles pour réguler la ventilation (et donc la transpiration) et capuchon amovible joliment caché dans une poche au niveau du cou.
Niveau tissu, on est dans du solide. Le stretch est agréable au toucher et peu abrasif. Je n’ai jamais grimpé avec la Iron Jacket mais au moment de l’assurage, la veste n’a offert aucune résistance à l’amplitude de mes mouvements.

En conditions

Confronté à la réalité du terrain, je n’ai pas grand chose à dire. Que ce soit en ville ou en randonnée, les douches successives m’ont rarement permis d’utiliser le capuchon, plutôt d’appoint. Par contre, l’effet déperlant du tissu a fonctionné à merveille. Aucun trace d’humidité malgré les pluies et autres orages qu’elle a dû affronter.
Au niveau chaleur, vous pourrez vous contenter de la veste avec une seule couche jusque 10/12°C. En dessous, il faudra en rajouter une. Printemps comme été, cela couvre pas mal d’activités comme les journées brumeuses à Freyr, les passages à l’ombre et les vents de Siurana en Espagne et les soirées au coin du feu dans les sous-bois suisses. 

Cherry on the cake

Détail ultime. Après 4 mois d’utilisation j’ai eu droit à une veste neuve. Pas d’application de garantie, mais simplement un lavage en machine à 30°C. Pour un prix de 130 Euro vous disposerez d’une veste avec laquelle vous devriez facilement couvrir 9 des 12 mois de l’année. La calcul n’est pas difficile.

Hube

 

Fiche technique

Materiau: Softshell
Tailles: XS – 5XL
Couleurs: ebano, cinder (sur la photo), black, red, cobalt, acid, apple
Prix public conseillé: 130 Euro
Info: www.salewa.com


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Les archives des articles 

Photos 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,