Falaise
>
Articles 
De retour de Terre de Baffin

De retour de Terre de Baffin

Escalade libre en Terre de Baffin

16 septembre 2009, 

Sean Villanueva, Stéphane Hanssens, Olivier Favresse et moi venons de rentrer de notre expédition en Terre de Baffin. Nous y avons vécu des moments inoubliables! Grimper en libre sur l'île de Baffin est incroyable et le potentiel d'escalade en libre et de premières y est presque infini. Notre objectif principal a été de grimper aux alentours du Mont Asgard, qui est une des montagnes les plus bizarres que j'ai eu l'occasion d'admirer jusqu'à présent (deux tours cylindriques avec des murs découpés au rasoir tout autour).

En marge de l'escalade, une des difficultés principales à laquelle nous avons été confrontée a été le grand éloignement. Tout au long des 45 jours d'expédition, nous avons marché pendant plus d'un mois (plus de 600km) en vue d'acheminer les vivres (3 semaines à la montée / 1 semaine à la descente) pour seulement 2 semaines d'escalade! Cela semble ridicule, mais l'escalade et l'endroit sont tellement uniques qu'à la fin on oublie tout. Rien que sur le chemin vers le Mont Asgard, il y avait des dizaines de champs de blocs incroyables avec des réceptions en tundra ultra-douces pour nous protéger. Faire du bloc dans cette région n'est sûrement pas à négliger.

Sur place, nous avons rencontré une experte en escalade solo artificielle, Silvia Vidal de Catalogne. Elle était en trip pour parfaire sa progression en tant que soloiste. Après quelques jours à transporter des vivres jusqu'à sa base de Tirokwa wall (son objectif original), elle n'a pas ressenti suffisamment de connection avec le rocher pour dépenser toute son énergie à ouvrir une nouvelle voie en solo. En lieu et place, elle a décidé de faire un peu de trekking.
Nous avons décidé de l'inviter à nous rejoindre sur le Mont Asgard. En tant que grimpeurs de libre, rien de plus intéressant que de profiter des conseils d'une grimpeuse d'artif. De plus elle disposait d'un portaledge ce qui ne fut pas négligeable puisque nous avions décidé au départ que nous n'embarquerions qu'un seul portaledge et deux hammacs pour être plus léger. De fait, seul un d'entre nous devrait maintenant dormir dans le hammac.

Dès notre entrée dans la vallée Weasel on s'est aperçu de la quantité impressionnante de big walls. Après quelques jours de marche forcée, on n'en pouvait plus. Il fallait qu'on grimpe quelque chose. Nous nous sommes séparés en deux groupes et avons pris la direction de deux des nombreux murs aux alentours.

Sean et Steph ont entrepris la première ascension du Northwest Buttress of Tirokwa peak en ouvrant “Chocolate boomerang”, 700m, 5.11, tout en libre en livrant une bataille de 24 heures de camp à camp. “Chocolate Boomerang” suit une ligne déjà tentée par des Australiens. Le rocher y est excellent et la grimpe délicate avec quelques sections engagées.
Pendant ce temps, mon frère Olivier et moi nous sommes dirigés vers une tour vierge détachée du Mont Odin. Nous avons grimpé la voie la plus évidente des lieux qui est la proue. Et libéré “Le bic rouge de Odin” en 20 longueurs de 5.10, ce qui constitue certainement la première ascension de cette flèche.

Avec le plein d'escalade dans les bras, toute l'équipe s'est senti beaucoup mieux pour transporter les vivres et le matériel sur les 60 km séparant le camp de base de notre objectif principal: le Mont Asgard.
Après une reconnaissance sur deux voies déjà ouvertes en artif, Inukshuk sur la tour nord et la Voie bavaroise sur la tour sud, nous avons jeté notre dévolu sur une tentative en libre de la voie bavaroise.
Nous avons trouvé l'escalade de très bonne qualité et très soutenue avec quelques longueurs pointant dans le 5.12/5.13. Et après 11 jours en paroi à partager les essais dans les passages durs entre chacun de nous, nous sommes pratiquement parvenus à libérer intégralement la ligne.
A cause de la fonte de glace depuis la première ascension en 1996, nous avons retrouvé le premier point à 15 mètres au dessus du sol. De fait la voie a une toute nouvelle longueur dans une section de rocher blanc. Après un essai manqué pour libérer celle-ci depuis le sol, nous avons envoyé Silvia (notre experte en artif) et ses bébés (copperheads, crochets et autres outils funky) pour résoudre ce qui devait devenir “a really nice A4+” selon elle. Pour nous la chute potentiel sur des copperhead #1 nous a semblé assez contraignante! Nous avons dû passer en moulinette , ce qui devrait faire tourner le niveau de cette longueur autour des 5.12-X ou E8. La plupart des longueurs dures ont été sorties en premier même si quelques-unes ont dû être grimpées en mouli histoire de ne laisser aucun spit. La qualité du rocher et l'escalade ont vraiment été incroyables sur ce mur. L'essentiel des longueurs a consisté en dulfers combinés avec des parties d'escalade en dalle exigeantes traversant de fissures en fissures.

Afin de passer la totalité en libre, nous avons pris certains détours par rapport à la ligne originale. Conséquence, un peu moins de la moitié de la voie est ouverte sur un nouveau terrain de jeu. La variation a été appelée “ The Belgarian” pour souligner l'effort combiné des Bavarois et des Belges. Par ailleurs on a constaté que la première ascension ne s'était pas faite dans les règles de l'art: de nombreux trous pour crochets, des rivets et quelques scellements... sur un rocher parfait.

Arrivé à la 7ème longueur je n'ai pas été capable d'enchaîner une section d'un mètre. J'ai fait tous les mouvements. Il n'y a donc pas de doutes, cette voie est enchaînable en libre mais elle était juste un peu trop dure pour nous, spécialement après toute cette marche. Ce crux devrait tourner autour des 5.13+ minimum. Par conséquent, au lieu de libérer la totalité nous avons dû faire un mouvement en artif. A mentionner également que quelques longueurs ont été enchaînées en moulinette après que nous ayons atteint le sommet.

Après quelques jours à se retaper à l'aide de sessions de jamming avec accordéon, mandoline, flûte irlandaise, harmonica et tambours nous nous sommes préparés pour la tour nord en style alpin.

Sean et Stéphane ont répété la Voie Porter en 24 heures d'escalade non stop. Ils ont fait toutes les longueurs à vue à l'exception de trois d'entre elles qui devraient passer en libre avec un peu de travail.

Olivier et moi avons grimpé la face nord-est de la tour Nord dans une nouvelle ligne qui suit Serenity crack (fissure classique type Yosemite). On croit que la partie supérieure partage quelques longeurs avec une ligne qui a peut-être été grimpée cette saison par une équipe canadienne, Jon Walsh et Chris Brazeau. Là aussi la qualité du rocher fut exceptionnelle. Nous avons tous les deux grimpé en tête, à vue et sans chuter pendant plus de 24 heures. L'escalade y est très soutenue dans du 5.10/5.11 et parfois délicate avec des parties en dalle entre deux fissures.

En définitive, nous avons passé des moments incroyables en Terre de Baffin. La météo a été exceptionnelle avec des températures confortables et quasi aucune précipitation. En été, il n'y a pas de nuits en Terre de Baffin donc on peut se permettre de longues journées d'escalade en style alpin. Nous n'avons jamais dû utiliser de lampes frontales! On y retournera, c'est sûr. Le futur de l'escalade en libre sur big wall se jouera à cet endroit.

Nous aimerions remercier nos sponsors pour leur soutien crucial: Club Alpin Belge, Black Diamond, Patagonia, Sterling ropes, Milo, Five Ten, Boreal, Petzl, Seeonee, Crux, Julbo, Belclimb.net, Climb.be, UPMM.

Nico

 

Le blog de l'expédition : www.xpedition.be
Le site de Nico : www.nicolasfavresse.com

Liste de voies :

  • Première ascension de “Le bic rouge d’Odin” 5.10, 800m, Tour vierge jamais grimpée enchaînée en une fois à vue.
  • Première ascension de “Chocolate boomerang” 5.11, 700m, Tirokwa wall grimpé à vue en une fois.
  • “The Belgarian” 5.13 A1, 850m face Ouest de la Tour Sud d'Asgard grimpée en 11 jours, style Big wall. Un mouvement en artif.
  • Première ascension de “Whisky Gonzales” 5.11, 1200m sur le contre-fort Nord-Est de la Tour Nord d'Asgard. Grimpé à vue en une fois.
  • “Porter route” 5.12 /A4 grimpée en une fois, face Nord de la Tour Nord d'Asgard. 3 longueurs n'ont pas été enchaînées en libre.

Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Contenu apparenté 
Les archives des articles 

Photos 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,