Falaise
>
Articles 
Bloc indien à Hampi

Bloc indien à Hampi

Escapade en janvier-févirer 2010

9 mars 2010, 

C’était en bon mort de faim que Nico (Mathieu) et moi parlions depuis un moment d’organiser un voyage quelque part hors de l’Europe. Objectif: nous changer des habituels Magic Wood et Fontainebleau et surtout profiter des bonnes conditions météorologiques que peuvent nous offrir certains pays. Après discussion, il paraissait de plus en plus évident que l’Inde serait pour nous le meilleur choix compte tenu des prix et de la courte période pendant laquelle Nico pouvait se libérer. Nous n’avions bien sûr qu’un nom en tête : Hampi, site devenu célèbre grâce à Chris Sharma et le célèbre film tiré de ses périples « Pilgrimage ». Nous n’eûmes finalement qu’à visionner une nième fois le film pour prendre notre décision ; Hampi sera notre destination et ça sera « Sur-majeur ».

Chaumont-Gistoux, 21 janvier 2010, 5h30. Voilà, c'est parti. Dans 3 heures nous serons à l’aéroport, ensuite s’en suivront de nombreuses heures de vol, d’attente et de bus avant que nous ne rejoignons notre objectif : Hampi.

Ca y est, après 3 heures de voiture, l’attente à l’aéroport de Paris, les sept heures de vol jusque Bahreïn notre escale, puis cinq heures d’attente dans ce même pays et de nouveau quatre heures de vol nous voilà à Bombay. Après avoir passé les formalités et récupéré nos bagages, nous sommes dehors. Première impression : qu’est-ce qu’il fait chaud ici ! Ca nous change de la Belgique…
Malgré cela nous ne nous plaignons pas car nous savons que dans quelques minutes nous serons confrontés à la dure réalité de la vie. C’est dans le taxi que nous nous faisons nos premières impressions : les gens vivent comme des animaux, ils n’ont que de maigres cabanes en taule ondulée en guise de maison et font leurs besoins ainsi que leur toilette sur les trottoirs. Les enfants sont très peu vêtus voire pas du tout et sont d’allure squelettique. Face à cela, nous ne pouvons que ressentir de l’amertume par rapport à l’opulence et le confort dans lequel nous vivons.

Ce n’est pas sans frayeurs que nous arrivons à la gare après vingt minutes de taxi dans la circulation chaotique et le vacarme causé par les klaxons utilisés ici en guise de clignoteur. Après de brèves recherches, nous apprenons que nous ne pouvons prendre le train sans avoir réservé à l’avance et nous sommes alors forcés de prendre un bus pour Hospet d’où nous irons à Hampi. Suivent cinq heures bien remplies passées à visiter Bombay et à goûter la cuisine locale (ouf c’est bien plus épicé que la sauce samurai).
Après une petite sieste imposée par la digestion du repas ainsi que la fatigue du voyage, nous voici dans le bus dans lequel nous passons près de seize heures à essayer de dormir (les routes ne sont pas très bonnes ici…). A dix heures le lendemain, nous arrivons finalement et ne sommes plus qu’à 20km de notre destination finale. Nous prenons alors un rickshaw.

Nous roulons depuis maintenant dix minutes quand Bobby notre chauffeur attire notre attention : on peut déjà voir des blocs tout autour de nous au point d’en ressentir des picotements dans le bout de nos doigts. Dix autres minutes plus tard, nous traversons la rivière qui sépare la ville de l’endroit où se trouve notre guest house. A peine arrivés, nous ne pouvons qu’être subjugués par la beauté du paysage : palmiers, cocotiers et rizières nous entourent et, cachés par ceux-ci, des centaines de blocs éparpillés sur différents plateaux et collines. Sans oublier le temple dédié à Hanuman - le dieu singe - en arrière plan.

Face à ce paysage et ces blocs à perte de vue, nous ne pouvons rester une minute de plus sans grimper et malgré la chaleur nous nous ruons sur le plateau à la découverte du fameux granit d’Hampi. Comme prévu, le granit est très abrasif et la chaleur intense (plus de 35° au soleil). Il nous faudra donc bien gérer nos jours de repos et éviter de grimper pendant les heures de forte chaleur.

Le lendemain (et tous les autres jours) nous décidons donc de nous lever tôt (7 heures du mat) afin de profiter de la collante matinale. C’est ainsi que nous avons réalisé de nombreux classiques comme Goan Corner, Two Tap ou encore Surfer’s Traverse. Nico frappe également un grand coup lorsqu’il enchaîne The Middle Way le deuxième jour après ne l’avoir que peu travaillé la veille. Nous faisons également quelques premières entre 7b et 7c.

Les jours passent très vite et la veille de notre départ, je n’ai toujours rien réalisé de dur ayant un peu mal au bras droit des suites d’un mauvais échauffement et d’une peau qui souffre vraiment beaucoup ici. Je commence à douter. Il y avait bien ce projet que j’avais en tête depuis quelques jours mais je ne parvenais pas à faire le premier mouvement. Finalement, après un essai presque concluant ce jour-là, j’ai pu l’enchaîner lors de mon dernier jour de grimpe. Un super bloc aux alentours du 8 et peut-être même une First Ascent.

Hampi est maintenant derrière nous et nous ne pensons qu’à Badami où nous nous rendons pour quelques jours accompagnés de Jan De Smit et sa copine ainsi que d’autres amis anglais.

Changement total de paysage avec la ville et la pauvreté de nouveau tout autour de nous, ce qui n’était pas le cas à Hampi. Le premier jour est intéressant avec découverte du grès indien (enfin ça broute plus ) et de la vie qui ne fut pas toujours très agréable pour nous. Le deuxième jour est une journée de découvertes… que nous ne fîmes pas. En effet, nous avions entendu parler d’un bloc coincé dans un canyon mais après deux heures de recherches en vain nous avons été contrains de rebrousser chemin. Heureusement la chance nous sourit un peu plus le lendemain et nous sommes parvenus à le trouver.

Nous y découvrons de jolis blocs et surtout un superbe 7C que Jan brosse et dont je fais la première. Nico, quant à lui, nous fait une démonstration de puissance en jetant à une main sur une réglette bien meilleure que le balan à contrôler ensuite… Nous nous attelons enfin à un 8A+ de Klem Loskot que Nico est proche de réussir mais ne parvient pas à concrétiser.

C’était notre dernier jour de grimpe avec les autres, Nico et moi partons maintenant pour la plage de Goa et quelques jours de repos avant le (très) long voyage de retour.

Notre voyage en chiffres :

  • 23h de vol aller-retour
  • 18h d’attente dans les aéroports
  • 35h de bus, taxi et train
  • 5, le nombre de first ascents que nous avons faites
  • 30, le nombre de Nutella pancake que Nico a dû manger en 8 jours
  • 100, le montant en Euro de ma note rien que pour la nourriture en 8 jours

Conseils si vous partez en Inde, pensez à prendre :

  • Du papier toilette
  • Une pochette ventrale pour mettre passeport et argent
  • Un multi prise
  • Un drap ou un sac à viande
  • De la pommade pour les doigts

A faire / ne pas faire :

  • Ne pas boire l’eau du robinet ou en bouteille non scellé.
  • Ne pas manger de légumes cru ou de préparations à base de glace.
  • Partez avec un minimum de vêtements ; vous en achèterez là-bas pour 3 fois rien.
  • N’hésitez pas à négocier les prix vous pourrez avoir des réductions très facilement.
  • Ne faites confiance à personne restez toujours sur vos gardes.
  • Lorsqu’on vous propose un service, fixer le prix directement.
  • Donnez un pourboire lorsque vous sentez que la personne le mérite. Une indication de chemin n’est en général pas récompensée ou alors prévoyez un budget de 50 Euro de pourboires...

Lien:


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Contenu apparenté 
Les archives des articles 

Photos 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,