Compétition
>
Articles 

Un mois de folie

Championnat de Belgique difficulté

28 mars 2000, 

Le repos qui a profité à tout le

Le mois de mars est traditionnellement le mois de toutes les compétitions en Belgique : championnats et masters confondus.
Au contraire des autres années, la rédaction du BCN peut vous dire qu'il a été plutôt (sur)chargé. En définitive, un vrai mois de folie.

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, tout a commencé le dernier week-end de février à Wilrijk avec les Championnats de bloc. Le week-end du 11 mars a vu les qualifications belges pour la compet de l'année, alors que le suivant voyait naître Goldfinger. Pour finir ce dimanche avec les Championnats de Belgique de difficulté.

Cela semble vraiment beaucoup pour les spectateurs, mais qu'en est-il alors pour les compétiteurs ? C'est pareil? Le calendrier était saturé et les grimpeurs qui voulaient être présents à l'entièreté des rendez-vous devaient se lever tôt.

 

Là où les autres tombent, Cependant, toutes critiques mises à part, ce mois de compétition nous a appris beaucoup de choses sur le niveau belge et il a de quoi rassurer.
Après maintes réflexions, nous avons détaché cinq fortiches du lot, ceux qui par leur persévérance et par leur charisme font le niveau de l'escalade en Belgique. Ce sont respectivement Johan Mus, Julien André, Frédéric Sarkany, Nicolas Favresse et Jérôme Abraham.

Ces cinq-là nous ont prouvé que la gente masculine de notre pays n'est pas ou plus en déroute. On a de quoi pouvoir espérer en l'avenir en les voyant.

Le premier est une véritable locomotive de l'escalade dans tous ses styles, le deuxième un réel potentiel (8a+ flash à 17 ans), le troisième un grimpeur réalisant un come-back qui nous laisse tous pantois d'admiration (médaille de bronze avec un gros mois d'entraînement), le quatrième le véritable fleuron belge de l'escalade en falaise (Mortal Kombat 8b+ au troisième essai?) et le cinquième méritant une mention toute particulière.

On nous en parlait à voies basses depuis quelques mois et il nous a montré qu'il pouvait s'immiscer franchement en finale des plus grandes compétitions. Devançant des monstres comme Cristian Brenna et Bernardino Lagni lors de Goldfinger, Jérôme Abraham nous a encore prouvé ce dimanche qu'il était la force tranquille de l'escalade belge.

Jérôme Abraham à 30 mouvementsDoté d'un tour de biceps équivalant à un tour de taille moyen, personne n'a jusqu'à présent deviné combien il fait de tractions à un bras. Par contre, tout le monde sait maintenant qu'il maîtrise haut la main.

Avec tout ce beau monde, la finale de ces Championnats de Belgique nous réservait effectivement du spectacle. A peu de choses près : 45 mouvements tracés en Z sur un mur hyper-déversant, avec un repos total au bon tiers de la voie.

Et là pas de surprises : Jean-François Cloots et ses acolytes (Gauthier Nagan et Loïc Vivier) ont su jauger le niveau des grimpeurs. Nous eûmes d'ailleurs quelques frayeurs après la prestation de Frédéric Sarkany. Tellement à l'aise dans la voie avant sa chute, certains ont dû se demander si la finale n'allait pas tourner en véritable autoroute.

Eh bien non ! Erreurs de lecture ou stress aidant, seuls deux des huit finalistes réussirent la voie sous les acclamations du public.

Ces deux-là eurent même la chance ou le désespoir de se battre dans une voie supplémentaire heureusement prévue à l'avance.

Quand Muriel serre les dents, Pour la petite histoire, elle n'a pas dû laisser de grands souvenirs à Nicolas Favresse et Jérôme Abraham. Déjà accablés par la pression, les pas de blocs successifs de cette voie explosive eurent vite fait de les départager et c'est bien Jérôme, opportuniste mais aussi fin lecteur, qui parvint à trouver l'astuce là où Nicolas ne trouva que le vide?

Après Muriel, une véritable loterie?

Muriel ne nous étonne plus. Son expérience du haut niveau et sa capacité à maîtriser toutes les finesses d'une voie font d'elle la leader de l'escalade belge pour bien des années encore.

Que dire alors du classement féminin ? Quand on se trouve en face d'une concurrente pareille, on ne peut espérer que la deuxième place au mieux?

Cette fois-ci, elles étaient quatre à avoir osé affronter l'inévitable. Hormis Vanessa Leroy et Nathalie Hanssens (respectivement championne et vice-championne cadette), c'est Isabelle Van Havermaet et Kim Anthony qui complétèrent le lot des rivales directes de Muriel.

Malgré ce repos bien négocié, Kim Anthony chute Une fois n'est pas coutume, c'est la Bruxelloise Vanessa Leroy qui obtint la deuxième place sur le podium grâce à sa persévérance dans la voie de finale qui la vit chuter à quelques prises du sommet.

Pour finir ce résumé, nous ne serions pas complets si nous n'évoquions pas le travail de l'organisation (la salle Stone Age et le Club Alpin Belge en tête) qui, mis à part une remise des trophées quelque peu chaotique, ont mis fin de belle façon à cette saison 1999-2000.

A côté d 'eux, ces Championnats de Belgique voient également s'en aller deux personnes qui gravitent à la tête de la BCCC* depuis quelques années : Marc Baes et Johan Cardon. Le fait de pas être écoutés par les instances de leur fédération les a simplement dissuadé de s'investir encore plus dans l'escalade sportive. Espérons néanmoins que leurs dirigeants ne nous aient pas enlevé l'âme de nos compétitions?

La suite?

Nous conseillons vivement à ceux qui voudraient encore plus de spectacle de se déplacer à Hasselt pour les Masters Belgique-Hollande. Ils auront lieu le samedi 1er avril prochain à la salle Olympia?

* Commission technique des compétitions belges

Podium hommes Podium femmes


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Les archives des articles 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,