Alpinisme
>
Articles 

Kletterführer Alpen V-VIII

Un guide sublime pour les amateurs des Alpes

13 avril 2007, 

Kletterführer Alpen V-VIIILa boîte aux lettres est tout de suite plus lourde de 1,137 kilo au moment où le facteur y dépose le Kletterführer Alpen. Le ton est donné. Pas vraiment un topo à emmener dans la poche supérieure de son sac à dos sur le chemin des refuges. Plutôt un livre à classer dans la bibliothèque et à consulter le soir au coin du feu, le temps d?un rêve ou simplement pour projeter de nouvelles aventures...

S?il ne dépendait que de la présentation, rêver ne pose aucun problème. Les pages glacées, les nombreuses photos et les schémas récapitulatifs vous feront voyager pendant des heures au gré des 178 sommets répertoriés dans ce guide. Le contenu des pages est conséquent de la première à la dernière ligne. Une fois la structure du guide maîtrisée, vous pourrez extraire d?un seul coup d?oeil les informations essentielles. Et dès que vous aurez trouvé la voie idéale, vous pourrez copier le schéma et l?emporter pendant votre tentative.

Au niveau contenu, les points faibles et les points forts sont énumérés dans la préface et le mode d?emploi. Au fur et à mesure de leurs escapades alpines, Nicole Luzar et Volker Roth, auteurs du livre, se sont de plus en plus sentis frustrés en découvrant les fautes des topos qu?ils utilisaient. Confrontés à ces surprises inamicales, c'est souvent qu'ils se sont même demandés si les auteurs de topo avaient réellement vu la voie de près. C?est ainsi qu?est née l?idée de composer un livre avec l?ensemble des voies qu?ils avaient grimpées. Munis de cette petite liste, les acheteurs potentiels auront d?ailleurs de quoi voir venir. L?avantage indéniable est qu?ils nous emmènent de cette façon hors des sentiers battus. Avantage renforcé par le fait qu?ils ont déjà à leur actif un sacré palmarès, avec heureusement une bonne quantité d?ascensions intéressantes. Un collector donc.

11 massifs sont abordés dans ce topo. Parmi ceux-ci le lecteur aura sûrement la chance de découvrir un brin de nouveauté. Malheureusement, le guide ne dispose pas d?une carte d?ensemble des Alpes. Dans l?hypothèse où le même lecteur ne saurait pas où ? crénom de dieu ? le Rätikon, le Loferer Steinberge ou le Sarcatal se trouvent, il devrait passer beaucoup de temps à les chercher. Une occasion manquée donc. Parmi ces 11 massifs, un peu de tout. Des classiques comme ?Le? Pilier Gervasutti aux voies d?escalade sportives comme Ranxerox sur la Tête d?Aval.

Aiguille du GenepyLes auteurs font la distinction entre 4 thèmes. Traduits littéralement: voies plaisir, voies bénéfice, voies sportives et voies classiques. La différence est en soi suffisamment claire, mais elle semble ici et là un peu exagérée. Ainsi, un certain nombre de voies bien équipées reçoivent le label ?sportives? parce que leur niveau est supérieur à celui des itinéraires plaisir?

Les niveaux de difficulté référencés déterminent les limites du bouquin. Comme le titre l?indique, ceux-ci varient entre V et VIII. Cotations UIAA bien sûr. Dans nos contrées: entre 5c et 7a. Il est donc préférable de disposer d?une once d?expérience si vous désirez profiter de tout le potentiel du guide. Si vous pensez prendre le livre avec vous et que vous n?êtes pas un expert des cotations UIAA, n?oubliez pas votre tableau de comparaison. Ici encore une occasion manquée de faire plaisir à la communauté grimpante internationale.
Et c?est bien la cotation qui est la point sensible de ce livre. Les auteurs ont décidé de modifier arbitrairement le niveau de difficulté de certaines longueurs. Principalement lorsqu?ils ont considéré que les topos existants n?y allaient pas avec le dos de la cuillère. En d'autres termes, une modification très subjective même si les auteurs peuvent justifier d'un paquet d'expérience. Une telle façon de faire est un choix même si ce choix peut paraître extrêmement douteux. Il aurait peut-être mieux fallu qu?ils conservent les difficultés originales et qu?ils y rajoutent leurs propres commentaires.

Quelques critiques donc, même s?il semble que le topo idéal n?est pas prêt de voir le jour. Cette édition est vraiment, tant au niveau de la forme que du contenu, un essai transformé. Vous devrez en maîtriser le contenu en Allemand, ce qui n?est pas vraiment problématique. Si votre Allemand ne dépasse pas le niveau de celui de Jean-Marie Pfaff, cela devrait être plus compliqué, c?est sûr. Toutefois, dans combien de topo est-ce qu?un verre d?un demi-litre de bière est représenté pour indiquer l?endroit où boire une pinte après une longue journée d?escalade?

Le Kletterführer Alpen est à conseiller pour tous ceux qui trouvent leur plaisir dans les voies d?escalade alpines. Un guide débordant d?informations auquel on peut se fier. En ce qui concerne les grimpeurs possédant moins d?expérience, qu?ils ne se sentent pas effrayés par le niveau. Ils profiteront peut-être moins des possibilités offertes par le livre mais ils pourront sans aucun doute trouver leur bonheur dans la recherche de l?intouchable. Jusqu?à ce qu?il devienne touchable.

Pour Contre
Superbe publication Seulement en Allemand
Schémas clairs et utilisables Pas de carte récapitulative des Alpes
Informations conséquentes et dignes de confiance Pas de tableau comparatif des échelles de cotation
Plus de voies que les seules classiques -

Info et commande:

Prix: 38,95 EUR

http://www.topoguide.de/Buchinfos/buchinfos.html

Maarten

 


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Les archives des articles 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,