Alpinisme
>
Articles 

Iceclimbing in Briançon

28 janvier 2003, 

Rares sont les occasions d?agrémenter les habitudes forgées au quotidien. Une séance d?escalade en salle qui se répète. Des joggings infernaux sous la pluie. Rien de bien grandiose quand on pense aux multiples possibilités offertes quand on se creuse un peu la tête.

Une imagination débordante avez-vous dit. Eh bien, je vous répondrais que ce sont souvent les occasions qui font le larron. Occasion qui s?est offerte à moi il y a quelques temps: découvrir les joies de la grimpe en cascade de glace dans une des régions les plus grandioses de France, le Briançonnais.

Autre constat. Au fil des articles de magazines et rabâché jour et nuit par les évolutions (médiatiques) de cette discipline tantôt discrète tantôt sous les spotlights, le moment était venu pour moi de découvrir ce que c?était enfin.
A bas donc les skis et en route vers les vallées transversales, désertes de tout touriste et vierges de toute présence humaine.

Première conclusion: la grimpe en cascade de glace est ouverte à tous. Equipé chaudement, encadré par une personne expérimentée et doté d?un minimum de conditions physiques, vous ne devriez pas avoir de problèmes à vous faufiler dans les passages plus ou moins étroits que propose une cascade gelée.

Ne vous effrayez pas, ce n?est pas bien sorcier. Et pour vous le prouver, voici le compte-rendu d?une semaine passée à visiter les plus beaux sites grimpables qu?offrent les Hautes-Alpes.

Jour 1: Initiation

Pas besoin de jouer les bûcherons. Cela ne sert à rien. Comme en escalade, les techniques de base sont les premières à assimiler. Comment grimper avec des crampons ? Comment planter les piolets ? On vous apprend à bouger sur un support qui a tout d?un château de cartes mais qui s?avère rapidement être un terrain de jeu fantastique.

A tester, le petit test d?équilibre ou évoluer sans piolets sur une paroi à 50° d?inclinaison revient vite à faire du bloc façon Fontainebleau. Attention les plats qui ne tiennent pas et qui glissent. Challenge garanti.

Jour 2: Premières confirmations

Après Freyssinières et son école d?escalade, c?est à Ceillac que nous pûmes tirer les fruits de nos premières leçons. Nous y attendaient effectivement deux belles longueurs de 200 et 250 mètres de dénivelé, répondant aux doux noms de l?Y et des Formes du Chaos. Pas bien compliquées quand on pense aux grimpeurs pendus à trois grattons illustrés dans les pages de nos magazines préférés.
Mais premières expériences tout de même: premières voies en tête, premières appréciations des passages à emprunter et premières sensations de la glace explosant de tous côtés jusqu'à se glisser au travers de vos vêtements.

Jour 3: Mix et drytooling

Prochaine étape de notre apprentissage. Un détour par une école d?escalade où la grimpe en mix est à la fête.

Par définition, une cascade en mix comprend une partie en glace et une partie en rocher, notamment du fait de l?inclinaison de la paroi.
Autres techniques donc car les piolets et les crampons ne s?enfoncent plus dans une matière malléable mais doivent se poser ou être crochetés à même la paroi. Difficile mais pas impossible.

C?est d?ailleurs à ce moment que vos acquis en escalade pourront faire la différence : il est rare en effet de pouvoir déposer la lame d?un piolet sur un plat au risque de la voir s?éjecter. Rien de mieux donc que d?utiliser vos bonnes vieilles mains que vous n?aurez pas oublié de pourvoir de sous-gants afin de pouvoir ressentir les aspérités du rocher?

En ce qui concerne le drytooling, il s?agit de l?étape suivante. Là, plus de glace du tout. A bas les aléas de la pose des broches. Finie l?instabilité de la glace.

Jour 4: (Totale) indépendance

Le troisième jour correspondant en théorie au jour creux, c?est avec une petite appréhension que j?entamai le suivant. Au programme, Colère du Ciel, une cascade de 12 longueurs pour 400 mètres de dénivelé, le tout situé à La Grave à proximité du Col du Lautaret.

Impressionnante aux premiers abords, elle le fut directement par la marche d?approche, une petite ½ heure et 100 mètres de dénivelé, ça use.
Mais ce fut rapidement oublié dès les premières longueurs où nous fûmes lâchés en duo avec l?obligation de trouver les meilleurs itinéraires ainsi que, comble du bonheur, celle de poser nos propres broches.
Petite parenthèse à ce sujet, mettez un grand frein à vos ardeurs. La glace n?étant jamais 100% sûre, n?oubliez pas de placer vos broches dès que possible. L?expérience aidant, vous devriez en mettre de moins en moins, mais ne grimpez pas avec trois broches pour autant?

Jour 5: Compensation

Comme vacances riment toujours avec soleil, il faut bien que sur cinq jours, celui-ci nous fasse des siennes au moins une fois.
Malheureusement, cela ne fut pas le cas du tout: grand ciel bleu au réveil et une température avoisinant les -10°C furent notre lot du jour. Cependant, cela ne porta nullement atteinte à notre motivation puisque cette cinquième journée fut consacrée à Fournel où une petite voie de trois longueurs (L'héroïsme au quotidien) nous attendait impatiemment?

Conseils de débutant

Voici quelques conseils de débutant à débutant:

  • La grimpe sur glace ne s'improvise pas. Pas besoin de vous faire un dessin, n'y allez pas sans être accompagné d'une personne chevronnée.
  • Grimper en cascade de glace se fait progressivement. Ne vous jetez surtout pas dans la gueule du loup en pensant que c?est easy. Apprentissage des techniques de base et appréciation de la qualité de la glace ne se font pas en 5 minutes.
  • N?achetez pas immédiatement votre matériel. Faites vous conseiller sur le choix des piolets et des crampons et testez plusieurs modèles avant de vous décider.
  • Attention au choix des broches. Il s?avérera capital plus la difficulté sera élevée. En cause l?inclinaison de la cascade et le devoir de les visser aussi précisément et vite que possible.
  • Pour ce qui est des vêtements, deux options s'offrent à vous. La première, légère, vous avez froid avant la marche d?approche mais vous arrivez chaud au pied de la cascade. La deuxième, lourde, vous avez chaud avant de commencer l?approche et vous arrivez en sueur après celle-ci. Parole de guide, la première est la meilleure.
  • Les mouvements en cascade sont pratiquement similaires à ceux de l?escalade sportive. Mouvements de pieds puis mouvements de mains. En d?autres mots, s?y retrouvent également carres, lolottes, yaniro et j?en passe? Un bon point pour tous les grimpeurs indoor.

Sur ces bons conseils, je vous laisse. Je m'en vais préparer ma prochaine sortie dans le Sud. Sortie en cascade svp !!!

Hubert

 


Vous devez être enregistré pour laisser un commentaire

S'inscrire



Les archives des articles 

Actualité 
Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Compétition Que retenir du Championnat de Belgique de bloc 2015?

Le dernier Championnat de Belgique de bloc 2015 a vu le sacre de Simon Lorenzi et Chloé Caulier. Devant une assistance clairsemée de par la proximité des vacances, les deux grimpeurs ont affirmé leur supériorité avec beaucoup d'aisance.

7 janvier 2016,

Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

Escalade en salle Hungaria fermée, quelles sont les alternatives d'escalade à Leuven?

A Leuven, une ère s'est achevée ce 30 décembre 2015. la salle d'escalade Hungaria y a définitivement fermé ses portes. D'aucuns diront que c'est tout un pan de l'histoire de l'escalade belge qui se termine. Quel futur pour les grimpeurs locaux?

4 janvier 2016,